Volume 14, No. 4 
October 2010

 
  M. Seren-Rosso


 
 

Front Page

 
 
Select one of the previous 53 issues.

 
Index 1997-2010

 
TJ Interactive: Translation Journal Blog

 
  Translator Profiles
Chance Favors the Prepared Mind
by Patricia Thickstun
 
Interview with ATA Board Candidate Ted Wozniak
by Linda Marianiello

 
  The Profession
The Bottom Line
by Fire Ant & Worker Bee
 
How to Drive Your Translators Crazy without Really Trying
by Danilo Nogueira and Kelli Semolini

 
  In Memoriam
In Memoriam: Derry Cook-Radmore
by Nick Rosenthal

 
  Translation Nuts and Bolts
English Translation of Chinese Dish Names
by Congjun Mu
 
A Model of Translation Based on Proverbs and Their Metaphors: A Cognitive Descriptive Approach
by Freeda C. Wilson
 
Un modèle de traduction basé sur les proverbes et leurs métaphores : Une position cognitive descriptive
Freeda C. Wilson

 
  Science and Technology
Conseils de base pour la gestion de la terminologie industrielle
M.L. Seren-Rosso

 
  Medical Translations
Comparison of Textual Patterns in German and Portuguese Medical Texts
by Katrin Herget and Teresa Alegre

 
  Cultural Aspects of Translation
A Study of Euphemisms from the Perspectives of Cultural Translation and Linguistics
by Behnaz Sanaty Pour

 
  Arts and Entertainment
Tonality in Subtitle Translation
by D. Bannon
 
English-into-Persian Translation of Colloquial Expressions in Subtitled Films
by Hossein Barzegar

 
  Translators' Education
Traducción automática y software libre en la formación de traductores
María José Fernández Pintelos

 
  Book Reviews
Agop Hacikyan's A Summer without Dawn
reviewed by Hasmik Najaryan
 
Desarrollo de la competencia traductora de Silvia Roiss
Reseñado por Dra María José Varela Salinas
 
Dictionary of Leisure, Travel and Tourism por Bateman, H., Harris, E. y Mc Adam, K.
Reseñado por Concepción Mira Rueda

 
  Translators' Tools
Translators’ Emporium

 
  Caught in the Web
Web Surfing for Fun and Profit
by Cathy Flick, Ph.D.
 
Translators’ On-Line Resources
by Gabe Bokor
 
Translators’ Best Websites
by Gabe Bokor

 
Call for Papers and Editorial Policies
  Translation Journal
Factory
 
 

Conseils de base pour la gestion de la terminologie industrielle

par M.L. Seren-Rosso

 

(à l'intention de tout responsable d'une chaîne de sous-traitance linguistique)


 

ettre la terminologie au coeur de sa démarche, que l'on soit service de traduction interne ou agence dotée d'un réseau de traducteurs libéraux ! Les documents techniques véhiculent des données cruciales. Un seul mot mal traduit peut brouiller le message d'une note d'étude ou d'un descriptif d'équipement. Les ingénieurs-auteurs sont-ils aptes à retraduire les passages restés illisibles pour le destinataire du texte cible (calculer le coût horaire d'une telle opération) ?

Proscrire la superposition, en début de chaîne, de coordonnateurs non linguistes à l'interface entre client et fournisseur externe. Une secrétaire chargée, chez le premier, d'externaliser les traductions n'a pas vocation à définir les droits et devoirs de chacun en matière de vocabulaire. Et que dire du chef de projet pris, chez le second, dans un tourbillon de calendriers et de budgets à gérer ? En négligeant de formuler au préalable ses attentes, on transfère la prise de décision terminologique au seul traducteur, en bas de la pyramide.

Elaborer une approche globale du langage. L'entreprise émettrice du document source est le dépositaire naturel des banques de données qui normalisent l'usage de ses termes. Son équipe de linguistes  maison  a les compétences requises pour centraliser et enrichir ces outils, les mettre régulièrement à jour et les diffuser, sous diverses formes, sur place comme à l'extérieur. Cette structure ou, à défaut, un interlocuteur clairement désigné (voir ci-dessous), doit avoir son pendant dans l'organigramme de chaque prestataire.

Nommer son Monsieur/Madame Vocabulaire . Un terminologue diplômé, un technicien ayant exercé des fonctions à l'étranger peut se substituer aux traducteurs salariés devenus rares dans l'industrie. Mais attention : sa future charge exige des talents dignes du corps diplomatique (sensibilité aux nuances, goût du détail, don d'organisation, esprit d'équipe) ; et ses efforts doivent assurer une cohérence langagière propice aux économies d'échelle, à n'importe quelle étape de l'externalisation. A éviter : les  bilingues   auto-proclamés.

Renoncer au rêve du dictionnaire automatique. Des concordanciers ciblés, s'appuyant sur une expérience  main à la pâte , valent mieux qu'un corpus fourre-tout généré par un logiciel d'extraction ou un stagiaire sans vécu industriel. Certains contenus flous, dont le but inavoué est de cautionner le recours à la traduction machine (ou aux linguistes amateurs), se heurtent très vite, à l'instar des dicos multilingues d'antan, aux contraintes de précision qu'impose la pratique des langues de spécialité.

Choisir un support pérenne pour la préservation des données. Viser le long terme et la continuité (mère de tous les gains de temps !). Le marché des LAT*, avec ses monopoles générateurs de mises à jour coûteuses (et de modules terminologiques incompatibles d'une version à l'autre), ne favorise pas toujours le développement durable. Sans prôner le retour aux tableaux sous Word, la nouvelle tendance est aux formules autonomes (ex. bases lexicales interactives, accessibles directement sur Internet, avec listes consultables par domaine et liens vers les sources).

Prévoir un mode d'agrément qui inclut des locuteurs natifs — premier gage de professionalisme en lexicographie. Pour ceux qui renâclent devant les réunions de travail, la téléconférence abolit les distances en reconduisant les meilleures recettes du monde prévirtuel : petites équipes pluridisciplinaires, procédures souples, retour d'expérience accéléré. Fiabilité rimant avec origine sûre et traçable, il faut référencer aussi ses documents papier. Enfin, un choix de synonymes validés peut inciter les sous-traitants à peaufiner leur style.

Imposer le partage avec tous les maillons de la chaîne.  La transparence, connais pas  est une boutade à bannir. Sauf cas de protection juridique — nom de marque ou d'invention brevetée, publication assortie de droits d'auteur — la terminologie industrielle n'appartient à personne. D'éventuels verrouillages du circuit de transmission entre donneur d'ouvrage et exécutants du dernier échelon appellent des compromis (glossaires en ligne sur abonnement, consultations téléphoniques à titre anonyme...), qui libèrent le dialogue, sans nuire aux prérogatives des intermédiaires.


 


* LAT = logiciel d'aide à la traduction

Moins on pose de jalons terminologiques, plus les traductions sous-traitées déçoivent, et plus on se focalise sur des aspects moins nobles (tarifs, délais d'exécution) pour compenser l'absence d'un véritable partenariat.